2e prix: Đỗ Anh Trung_Lycée Hanoi-Amsterdam

Ayant pour devise : « Égalité, complémentarité, solidarité », l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) exprime clairement son message au monde entier. Moi, jeune francophone, je veux partager mes idées envers 2 éléments : Égalité et Solidarité dans le problème de l’éducation.
Nous sommes des êtres humains. Et un être humain mérite d’être jugé d’une manière égale envers et par rapport aux autres. Malheureusement, cette idéologie n’est pas comme la réalité, surtout dans le domaine de l’éducation. Les médias abordent souvent ce problème. Hier, j’ai appris qu’une fillette sud-africaine devait courir 8km tous les jours à l’école. Mais, ce qui me dérange et m’inquiète, c’est le taux de l’analphabétisme au Vietnam : 21% dont la majorité est les habitants dans les zones recuses. Cela est un signe de l’inégalité dans l’éducation et pourra s’expliquer par un manque d’équipement, de bons professeurs,… Pourquoi ces pauvres personnes n’ont pas le droit ni la chance d’apprendre comme les autres ? Mentionnée en première position dans la devise de l’OIF, l’égalité doit dès lors être le premier objectif que tous les peuples doivent remuer ciel et terre pour atteindre.
Pour moi, la Francophonie ressemble à une grande famille où les membres sont solidaires et responsables pour résoudre ensemble les ‘casse-têtes’, dont l’inégalité dans l’éducation s’avère le plus alarmante. Plus longtemps ce problème reste non résolu, plus on comptera des personnes mal cultivées. Heureusement, les efforts des pays francophones promettent une évolution. Je veux insister sur les collaborations internationales réalisés dans des nouveaux établissements (lycée Bac Ninh, l’université Thai Nguyen... ), ou les bénévoles allemands, belges prêts à aller en Afrique pour enseigner des enfants
L’éducation mérite bien notre attention car elle reflète le développement d’un pays. Et pour qu’elle s’améliore, les pays doivent valoriser l’égalité et s’entraider vraiment dans cette domaine.